Les créations en tissage ces temps-ci

Au niveau tissage, j’ai deux projets sur le métier.

IMG_5600Un projet de foulard avec un motif de twill, sergé… oups là j’ai un problème… je ne connais les termes qu’en anglais!!! En tout cas, pour aujourd’hui je veux juste vous dire que je fais un ensemble de 3 foulards avec un montage qui crée des ondulations à la surface du foulard. Les fils utilisés en chaîne sont en laine et en bambou. Pour contrer le « glissant » du bambou, j’ai alterné un fil de laine et un fil de bambou à l’ourdissage. J’ai eu quelques problème parce que l’élasticité des deux fibres est bien différente et que j’ai pris un fil de chaque, en même temps. La prochaine fois, je vais ourdir la laine et ensuite le bambou.

Au montage j’ai eu du mal à donner une tension correcte à mes fils parce que la laine avait repris sa longueur sans tension et le bambou, lui n’avait presque pas changé de longueur. On avait donc l’impression que le bambou était beaucoup plus long. Finalement, lorsque la chaine a été complètement montée sur le métier je n’avais qu’une différence d’environ 2 pouces entre les fils des deux fibres.

J’ai hâte de voir ce que cela va donner comme résultat lorsque les foulards seront enlevés du métier… La laine aura tendance à reprendre sa longueur même si elle se retrouvera tissée entre la trame.

Le premier foulard sera dans les tons de bleu. En trame j’utilise une laine fine 100% Mérinos qui change légèrement de tons de façon assez régulière. Cela donne déjà des effets intéressants qui s’ajoutent à l’effet de chaîne.

L’automne passe…

DSCN3225bL’automne est déjà bien avancé et j’ai l’impression que je n’ai pas assez de temps pour faire tout ce que j’aimerais…

J’ai quelques Salons de Noël de planifiés et j’attend des réponses pour encore trois de plus. Plus je participe à des salons d’artisans, plus j’aime cela. Rencontrer les gens qui sont passionnés et souvent très intéressants, ça fait aussi partie du plaisir de ces journées.

J’ai encore beaucoup d’expérience à acquérir, mais je suis heureuse de ces premières expériences.

Le domaine de la création est encore plus excitant qu’avant. J’ai toujours aimé ça, mais là, j’en rêve 🙂 J’ai envie de tout essayer … le tricot, c’est bien, mais ce n’est pas un but en soi. C’est créatif, mais il y manque réellement la grande part picturale que je retrouvais quand même plus quand je faisais des courtepointes ou des créations textiles peintes.

Je suis surtout retenue par la tapisserie présentement. J’ai suivi un cours en ligne (http://www.rebeccamezoff.com ) cet été, histoire de confirmer ce que je savais déjà et d’apprendre encore plus. Ça a été une expérience vraiment enrichissante. Et j’ai retrouvé mes amours de jeunesse…

C’est certainement d’un amalgame de tissage/tapisserie que naîtrons mes prochaines créations. Je vais continuer à tricoter, parce que c’est relaxant et que j’aime ça, mais je ne crois pas que c’est un métier… Je vais par contre, continuer d’élaborer des patrons. Je travaille sur quelques-uns, mais je n’ai encore rien mis en ligne… Je n’ai pas le temps! Certainement qu’après Noël, j’aurai plus de temps… enfin j’espère…

PeintureTissus-Autodidactarts-MainsTribales

tissageDEtissus

tissageDEtissus4

choix-tissus-300x158

Lutin

Tapisserie … des cadeaux

Un métier comme celui qui m'a été donné samedi. Tissart de Leclerc
Un métier comme celui qui m’a été donné samedi. Tissart de Leclerc

En fin de semaine, on m’a donné un métier à tapisserie Tissart de Leclerc! Soixante pouces de large!

En quelques années, ça fait deux fois qu’on me donne un métier à tapisserie 🙂 C’est peut-être un signe du destin…

Le métier que je suis aller chercher samedi n’est, hélas, pas en très bon état… Le ros est très rouillé et un des support de cadre a été abimé par l’humidité. Le pédalier aussi est à refaire. J’ai décidé de le remettre en bon état, mais je ne pense pas que je vais le conserver. Je n’ai pas assez de place pour avoir deux métier à tapisserie de 60 pouces installés dans la maison, en plus du métier Inca et des machines à tricoter.

Demain, s’il fait beau, je vais commencer par le nettoyer en profondeur et vraiment voir quelles sont les pièces manquantes. Pour les pièces de bois, cela ne pose pas de problème, tout bon menuisier pourra me les refaire puisque j’ai les mesure de chacun des morceaux. Pour les pièces plus spécialisées en métal… je vais communiquer avec Leclerc ou je vais user d’imagination pour trouver des éléments de remplacement.

Métier à tapisserie Gobelin
Métier à tapisserie Gobelin

L’autre qui m’a été offert il y a quelques années est un Gobelin, aussi de soixante pouces de large. Il n’est pas monté, mais cela fait parti des projets de l’été qui s’en vient. Je n’ai pas les cadres, comme le Tissart, pour séparer mes fils, mais comme le Gobelin est beaucoup plus robuste, je crois bien que je vais continuer à travailler avec celui-là. J’ai une chaîne montée sur l’ensouple du Gobelin, mais j’ignore sa longueur. Je ne sais pas, non plus si elle est en bon état. Je vais probablement planifier des pièces de petit format tant que je pourrai utiliser cette chaîne. C’est assez coûteux de monter un métier aussi large. Je vais profiter de ce que je possède 😉

Quand le Tissart sera « rénové » je mettrai des photos…

Le printemps chez moi

Depuis la dernière fois que j’ai eu le temps d’écrire ici, il s’est passé plein de choses intéressantes dans le monde de mes créations.

J’ai mis au point une façon de tricoter le coton, à la machine. Ce n’est pas trop simple de tricoter le coton de calibre élevé parce que n’ayant aucune élasticité, la machine a quelques difficultés à compléter les mailles correctement. Le résultat est quand même intéressant.

J’ai aussi travaillé sur la maîtrise de ma machine standard, ainsi que de son « côteleur ». J’ai encore bien des échantillons à faire, mais ça s’en vient.

Avec les deux machines, celle à grosse laine et la standard, j’ai aussi travaillé la mise au point de tricot tissage. C’est un type de point utilisé pour varier la texture en tricot machine. J’ai réussi encore là, à utiliser du coton de toutes sortes de façons très intéressantes et les textures trouvées sont prometteuses.

Métier à tapisserie
Montage du métier Mirrix

En ce qui concerne le tissage, j’ai continuer à créer des foulards pour l’automne prochain et je me prépare à remonter mon métier pour faire des couvertures d’enfants. On dirait que lorsque je tisse je suis vraiment zen 🙂 les projets inondent mon imagination et j’ai toujours le goût d’en faire plus.

Je viens aussi de commencer une petite tapisserie sur mon nouveau métier Mirrix. C’est définitivement simple à monter et jusqu’à maintenant très très agréable. Plus de détail lorsque je serai plus avancée. Je peux juste dire que ce era une tapisserie d’un format tout petit, de 15 cm de large par environ 40 de haut. Je pense utiliser un ensemble de fils à broder pour créer mes mélanges de couleurs… L’avantage de ce petit métier est qu’il me permettra de sortir de mon sous-sol pour aller travailler à la « vraie » lumière. Ça me manque définitivement lorsque je passe de longues heures, seule, en bas, avec pour seul éclairage les lumières artificielles.

Dans le monde du tricot à la main, j’ai créé quelques châles, quatre ou cinq,  je crois… Des tuques pour enfants, des mitaines pas de doigts. En ce moment, je tricote une couverture avec mes « restes » de laine. Avec 3 brins de différentes couleurs et de différentes longueurs je tricote tout à l’endroit. Lorsqu’une laine vient à manquer, j’en « pige » une autre dans le panier, je l’attache et je continue. Le résultat va être plein de couleurs, mais les transitions entre les teintes se font graduellement et sont, jusqu’à maintenant très agréable à regarder.

Réaménagement

atelier-tisse-triko-debut2014Finalement, cette semaine, je réaménage mon atelier !

J’ai une très grande pièce à ma disposition, mais j’ai aussi une infinité de choses…. (Mes enfants riront de moi ici…)

J’ai donc commencé à trier et surtout à décider ce que je garde. Je suis équipée pour faire du dessin, de la peinture, de la couture, de la courtepointe, du tricot, du crochet, du tricot à la machine, du tissage, de la broderie, de la dentelle… Mais je n’ai que deux mains et que 24 heures par jour.

Première étape, vente de la table à dessin qui depuis 6 mois ne me sert qu’à déposer des tricots terminés et des balles de laines. Seconde étape, faire de l’espace dans mon atelier pour placer toutes les choses que je veux donner ou vendre… Étonnamment, j’ai commencé par une petite étagère, mais là je suis rendue à plutôt utiliser une grande bibliothèque. Je vais offrir du matériel de peinture à l’huile, des crayons de toutes sortes, des fils à tricot, des tricots à donner parce que je ne veux pas les vendre, des livres, du tissus… et tout ce que je trouverai en déplaçant le reste.

Tout cela en essayant de placer 2 machines à tricoter de façon optimale et aussi ma machine à coudre. Dans l’atelier, je veux de la place pour tisser, tricoter et coudre lorsque j’en ai besoin. Une machine à coudre ou à tricoter placée derrière douze milles « cossins » et bien on ne l’utilise pas. Donc, l’objectif est que demain soir je puisse avoir un atelier versatile et agréable.